En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

A la rencontre du Monsieur Paul Langevin

A la rencontre du Monsieur Paul Langevin : Bienvenue

Par webmestre plangevin.coueron, publié le lundi 30 janvier 2017 17:42 - Mis à jour le lundi 30 janvier 2017 17:55

Fils d'ouvriers, brillant élève, ingénieur, professeur au Collège de France, physicien remarquable, pédagogue passionné, adepte d'une école publique, laïque et gratuite, donnant sa chance à tous comme elle lui a donné la sienne, Paul Langevin est aussi un citoyen engagé et militant. En ce début du XXème siècle, il côtoie l'élite scientifique, littéraire et artistique: Marie et Pierre Curie, Albert Einstein, Jean Perrin, le philosophe Alain, Pablo Picasso...

Chercheur, inventeur, qui se mêle de politique, de philosophie, d'enseignement et de diffusion des sciences, qui lutte pour la paix, pour la nouvelle physique atomistique développée par Einstein, contre les armes chimiques et biologiques, contre la répression pendant la guerre d'Espagne, pour les Droits de l'Homme ! Tel est le très populaire Paul Langevin.

« J'ai grandi au lendemain de la guerre de 1870 entre un père républicain jusqu'au fond de l'âme et une mère dévouée jusqu'au sacrifice, au milieu de cet admirable peuple de Paris, dont je me suis toujours senti si profondément solidaire. Mon père qui avait dû, malgré lui, interrompre ses études à l'âge de dix-huit ans, m'a inspiré le désir de savoir ; lui et ma mère, témoins oculaires du siège et de la sanglante répression de la Commune, m'ont, par leurs récits, mis au cœur l'horreur de la violence et le désir passionné de la justice sociale.» déclare-t-il en 1945 pour expliquer ses prises de positions sociales et politiques.

Militant dans l’âme, il signe en 1898, la pétition pro-Dreyfus.

Physicien renommé pour ses travaux sur le magnétisme et créateur de la technique des ultrasons, il met au point le sonar, un appareil de détection sous-marine utilisant l’échographie ultra-sonore, essentielle aujourd’hui en imagerie médicale.

Pacifiste, il s'engage après la guerre, à la Société des Nations; il y prend clairement parti contre les armes chimiques et biologiques.

En 1934, il est à l’origine de la création du « Comité de vigilance des intellectuels antifascistes ».

Pendant la seconde guerre mondiale, ses positions antifascistes lui valent d’être arrêté par la Gestapo. Libéré sous la pression de la communauté scientifique internationale, dont Albert Einstein, il est assigné à résidence à Troyes où il enseigne bénévolement à l'École normale. Les cours prennent fin en 1941 sur interdiction de l’occupant allemand.

Sa fille Hélène, accusée d’organiser des actions de résistance au sein du Parti communiste français, est, quant-à-elle, arrêtée et déportée à Auschwitz. Le mari d'Hélène, le physicien Jacques Solomon, communiste et résistant est fusillé, en 1942, au Mont Valérien. pour avoir animé un groupe de résistance.

En 1944, Paul Langevin devient président de la Ligue des Droits de l’Homme.

Président du « Groupe français d’éducation nouvelle » de 1936 à 1946, il met en place le plan de démocratisation et de développement d’un enseignement de qualité pour tous conçu avec le Conseil National de la Résistance connu sous le nom de plan « Langevin-Wallon ».

Élu conseiller municipal communiste en avril 1945 de Paris, il meurt en 1946. Après des obsèques nationales, ses cendres sont transférées au Panthéon.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe