37 articles

God save the Queen! Une lettre de la Reine.

Par webmestre plangevin.coueronPublié le 03 juin 2014 à 06:59 ♦ Mis à jour le 06 juin 2014 à 21:08

Nous venons de recevoir une lettre de la reine, Queen Elisabeth II.

Elle s'interroge sur nos habitudes...- «you are so strange! »- écrit-elle : la pétanque, la conduite à droite, le camembert.... elle n'y comprend rien et, ça l'ennuie car elle vient bientôt nous rendre visite.

C'est donc secrètement qu'elle a chargé deux infirmières du B.S.I (Buckingham Research Institute), Betty Duffelcoat et Felicity Mackintosh, de venir nous rencontrer, nous les élèves de 6ème du Collège Paul Langevin de Couëron.

Leur mission ? Nous étudier afin de préparer une potion qui permettait à la reine, de se connecter à l'un de nos cerveaux.

Et, comment s'y connecterait-elle ? Par télépathie, of course :-)

Betty et Felicity, les « queen's nurses », ont étudié notre vue, nos oreilles, notre cœur... Elles s'expriment seulement en anglais, mais nous les avons parfaitement comprises...Elles nous ont bien fait rire, car elles sont assez « bizarres ». Et, nous avons participé à la confection de cette fameuse potion magique... magique, mais peu appétissante.

It works ! La reine va pouvoir manger du camembert, rouler à droite et jouer à la pétanque. Nous sommes ravis d'avoir pu l'aider et le lui dirons dans une lettre que nous avons promis de lui envoyer.

En images. Un "clic" sur chacune d'elles affiche la suivante:

 

Les Allumés du Chalumeau, un spectacle de l'ARC en partenariat avec la MDLA.

Par webmestre plangevin.coueronPublié le 05 juin 2014 à 21:34 ♦ Mis à jour le 06 juin 2014 à 08:19

  

Vendredi 16 mai au matin, les élèves de 6èmeA et 6èmeF du Collège Paul angevin de Couëron changent de rive pour aller « s’en mettre plein les oreilles et plein les yeux » au théâtre de Rezé avec la musique de Ronan le Gourierec et de François Robin: « Les allumés du chalumeau », accompagnés de leur vidéo multicolore et interactive.

Allumés ? En tout cas, passionnés et investis. Créateurs et improvisateurs de musiques inédites provenant de contrées plus imaginaires que bretonnantes ou régionales

« J’avais l’impression d’enfants qui s’amusent»(Elise)

«  Je pensais à la jungle, mais aussi à des moments tristes avec les nuages rouges » (Mateo)

 

Bien qu’imprégnée de traditions musicales bretonnes, la musique des Allumés fait souvent éclater les repères stylistiques et culturels :

« Je pourrais rapprocher des moments du spectacle avec un concert de rock ou avec la nature » nous dit Maxim

« Je pensais parfois à l’Afrique, l’Ecosse ou l’Inde. Parfois j’avais l’impression d’être dans un club de jazz » ( Cynthia).

« A un moment, le chalumeau devient une guimbarde » (Pascale)

Une musique qui joue aussi avec le bizarre :

« L’arbre à bombardes avec les gonfleurs m’a beaucoup surpris » (Louis)

« L’arbre à bombardes, c’est géant et c’est unique ! » (Amélie)

En évoquant aussi à l’aide des sons transformés une sorte de bestiaire...

« Ils imitaient parfois des cris d’animaux avec leurs instruments » (Mélina)

Ou un univers organique :

« J’ai bien aimé quand le sac de la veuze devient un ventre et qu’on entend des battements de coeur et la respiration avec les images rouges ». (Pascale)

« Je rapproche le spectacle de la modernité à cause des sons transformés par l’ordinateur et piloté par des pédales » (Luca)

« Je me demande (d’ailleurs) comment François fait pour ne pas se tromper de pédale ! » (Sabah)

 

C’est justement le souffle des musiciens mettant en vibration les anches de la veuze, de la bombarde et du saxophone baryton qui fournit pratiquement toute la matière sonore de ce spectacle « survitaminé » et saturé en couleurs ... 

« Les musiciens restaient très longtemps sans respirer ! » « Ils ont beaucoup de souffle » 

« Moi j’ai pensé à une fanfare : cela ne s’arrêtait pas, il y avait toujours du son sur la scène » ( Mohammed, Mélina et Louis) « J’aimais bien quand ils accéléraient » (Sabah)

« Moi j’ai trouvé que la musique était trop forte » (Maëva)

... tout en nous réservant quelques moments poétiques ou rêveurs...

"J’ai préféré quand François mettait sa veuze dans la boîte qu’il a inventée pour faire une sourdine »

... ou humoristiques... « J’aimais bien quand on entendait l’interview du journaliste »

où l’on entend que le monde « décalé » n’est pas toujours celui qu’on croit...

"Je me demande combien de temps il faut pour réaliser un tel spectacle ?" Il faut des années de pratique...

Le projet "Complètement dada" au Salon du Livre de Jeunesse

Par SOPHIE LE RICOUSSEPublié le 03 juin 2014 à 13:56 ♦ Mis à jour le 04 juin 2014 à 07:44

   Les élèves de 6èB du Collège Paul Langevin de Couëron ont eu l'occasion d'exposer leurs travaux surréalistes lors du dernier Salon du livre de jeunesse de La Chabossière. Sur place, on pouvait y feuilleter le recueil de poèmes réalisé par la classe avec l'aide de l'écrivaine Sandra Belland, mais aussi découvrir les portraits quelque peu fantasques qu'ils avaient réalisés avec l'illustratrice Delphine Vaute. Certaines jeunes oratrices se sont lancées dans la lecture à voix haute de leurs poèmes en la présence de leurs parents et de quelques adultes du collège. Cette rencontre clôturait le projet réalisé cette année sous l'égide de leurs professeurs de français et d'arts plastiques.

En images: un "clic" sur l'une d'elles affiche la suivante.

  

"Drafters, les courants d'air", spectacle de danse pour nos élèves de 6ème.

Par webmestre plangevin.coueronPublié le 01 juin 2014 à 20:29 ♦ Mis à jour le 01 juin 2014 à 20:31

Vendredi 16 mai, les élèves de la classe de 6ème G du Collège Paul Langevin de Couëron sont allés voir un spectacle de danse hip-hop intitulé: «  Drafters, les courants d'air » de la compagnie Chute libre à Saint-Mars-La-Jaille avec leur professeur d’EPS, Mme Wittmann.

Ecoutons-les:

Les élèves ont été impressionnés par ce spectacle. A la fin nous avons pu poser des questions aux danseurs. Manoli et Lola

C'était un spectacle de danse, de hip-hop, de rap. Il y avait beaucoup de danse acrobatique et de suspense. Mario, Elisa, Marion, Loray-Anne, Mathys, Enzo.

Ce spectacle de hip-hop très impressionnant était dansé par sept personnes. Les figures étaient très bien travaillées. Loray-Anne et Marion.

 

​Le spectacle en images. Un "clic sur chacune d'elles affiche la suivante:

 

70ème anniversaire du débarquement / Un voyage pédagogique fort instructif

Par webmestre plangevin.coueronPublié le 11 mai 2014 à 15:01 ♦ Mis à jour le 01 juin 2014 à 20:06

Les élèves de 3ème B et 3ème D du Collège Paul Langevin de Couëron ont séjourné deux jours en Normandie.

Sur leur route, ils ont découvert? à l'initiative de leurs professeures de sciences physiques, l’usine marée motrice de la Rance, la seule en Europe à produire de l’électricité, grâce aux marées.

En approchant des plages du D Day, le 6 juin 1944, il y a déjà 70 ans, ils ont visité un cimetière allemand, puis la Pointe du Hoc où beaucoup de soldats américains sont morts pour prendre les position allemandes sur la falaise.

Après un foot sur la plage tout près de leur centre d'hébergement et une bonne nuit de sommeil, ils ont visité le Musée d’Arromanches. Ils ont compris l’opération Overlord : le débarquement et la construction en  deux semaines du port artificiel d’Arromanches pour débarquer les troupes, soldats anglo-américains, canadiens, et même une centaine de Français, et leurs armes, chars… 

Puis au cinéma 360°, ils ont été très touchés voire émus face aux destructions, et aux nombreux morts provoqués par le débarquement et les combats qui ont suivi.

Enfin, le cimetière américain, ses alignements de croix blanches leur ont permis de se rendre compte du nombre de Gi qui sont morts pour libérer le sol français.

Les deux jours en images / Un "clic" sur chacun d'elles affiche la suivante:

<< Première page < Page précédente Page 5 / 8 Page suivante > Dernière page >>

haut de page